La magie de la Physique Quantique

La magie du monde se retrouve aussi au niveau des particules élémentaires et de la physique quantique. Cette dernière stipule par exemple qu’on ne peut mesurer simultanément avec une précision infinie la position et la vitesse d’une particule (deux quantités dont la mesure à un instant donné permet de prédire l’évolution de la particule à tout instant ultérieur en physique classique).
On a un temps pensé (espéré?) que derrière ce principe (dit d’incertitude de Heisenberg) se cache en fait un mécanisme (une explication).
En effet, pour mesurer la position d’un atome, il faut l’éclairer pour voir où il se trouve. Or les particules de lumière, en interagissant avec l’atome, lui transmettent une légère impulsion qui altère sa vitesse (d’où l’impossibilité présumée de mesurer la position sans modifier la vitesse). Il était alors tentant d’imaginer cette limitation liée à l’incertitude du processus de mesure lui-même. Mais des expériences ont montré qu’il n’en est rien: la limitation est bien essentielle (inhérente à la physique quantique) et non accidentelle (liée à la mesure). Le monde quantique n’est pas déterministe. Il laisse place à quelque chose qui nous échappe : une forme de magie – et si vous likez ce post, on vous embarque pour la semaine dans la magie de la quantique 🙂