Les baleines, nos alliées contre le réchauffement climatique

Comme on l’écrivait hier, le phytoplancton produit 50% de l’oxygène de la planète, mais il absorbe aussi près de 40% de tout le CO2 produit, soit l’équivalent de quatre forêts d’Amazonie. Or ces organismes végétaux essentiels raffolent d’une chose: les excréments que les baleines, ces fabuleux animaux migrateurs laissent en parcourant les mers du globe.
Les baleines elles-mêmes, en se nourrissant de krill (de petits crustacés consommant du phytoplancton), stockent dans leur corps plus de 30 tonnes de CO2, qui à leur mort se retrouve au fond des océans pour plusieurs siècles (à titre de comparaison, un arbre ne stocke que 50 kilos de CO2 par an).
En sauvant les baleines, on contribue donc à lutter naturellement et efficacement contre le réchauffement climatique.
On contribue aussi à notre sécurité alimentaire: les excréments de baleine, en faisant fructifier le krill, alimentent à leur tour oiseaux marins et poissons… une assurance pour les pêcheurs de trouver plus de ressources.

Le poète allemand Novalis a écrit un jour: tout est magie ou rien ne l’est.
La question qu’on a envie de vous poser aujourd’hui, à la faveur de nos récents posts sur la magie du monde, c’est : et pour vous ? 🙂