LA RSE à l’heure de la permaéconomie

De plus en plus nous prenons conscience de l’importance qu’a «l’autre» pour nous-même, qu’il soit humain ou non (cf nos posts récents). Cette prise de conscience va au-delà des individus: elle touche également les organisations que nous créons, et en particulier les entreprises.

Pour ces dernières, prendre soin de l’autre et de son avenir a conduit à faire émerger le concept de Responsabilité Sociale des Entreprises, devenue depuis la Responsabilité Sociétale des Entreprises afin d’englober les enjeux économiques et surtout environnementaux.

Pour réconcilier homme, nature et économie (mission cardinale de la Maison.ETH), la RSE peut s’appuyer sur la permaéconomie, discipline inspirée de la permaculture et qui en transpose les principes pour proposer une révolution industrielle fondée sur une nouvelle relation au vivant.

En considérant l’environnement, l’humain et l’économie comme faisant partie d’un même écosystème, la permaéconomie cherche une production (biens et services) aux bénéfices réinvestis dans ses socles fondamentaux (l’humain, la société et la nature), à l’image d’un arbre qui cesserait de croître pour donner ses fruits.

Et pour ça on peut commencer avec les 12 principes de permaculture. Qui veut bien nous les rappeler?