La santé de chacun dépend de la santé de tous

La stratégie de confinement à l’œuvre dans nos économies mondialisées est la conséquence directe des politiques de démantèlement du service public commencé il y a plus de dix ans. Ces politiques empêchent aujourd’hui de mettre en œuvre une stratégie basée sur le dépistage systématique et le port de masques, comme en Corée ou à Taïwan, pays qui n’ont pas eu besoin de confiner l’ensemble de leurs populations.
Alors que le réchauffement climatique promet la multiplication de pandémies beaucoup plus sérieuses que le coronavirus, il est urgent de reconstruire un système de santé public qui ne repose pas uniquement sur le dévouement sans faille d’équipes soignantes réduites à l’héroïsme par manque de moyens.
La santé de chacun dépend de la santé de tous.
Derrière ce précepte (qui pourrait s’appliquer à d’autres pans de notre société), on retrouve une loi d’interdépendance, mais aussi une loi de résilience.
Le coronavirus a fait voler en éclat le mythe chancelant de la mondialisation heureuse. Il est grand temps d’investir dans l’Homme…