Les humains confinés, la nature reprend ses droits

Il y a quelque chose de fabuleux à regarder ces dauphins en Sardaigne, ces poissons à Venise, ces oiseaux à Paris réapparaitre alors que l’empreinte environnementale de l’espèce humaine se relâche depuis une semaine.
Si la situation de quarantaine forcée nous affecte à plus d’un titre, elle pose une question fascinante à qui veut bien l’envisager : à quelle forme de confinement soumettons-nous les autres espèces ? Et depuis combien de temps?